Apprendre le crochet

Choisir son matériel

Une des choses que j’apprécie le plus dans ce loisir créatif qu’est le crochet, c’est qu’il n’y a pas beaucoup de matériel nécessaire et c’est donc très facile de se lancer. Il n’y a pas besoin d’investir énormément, tant que vous avez un crochet et de la laine, vous pouvez réaliser ce que vous voulez!

Cet article était initialement prévu sur l’ancienne version du site, mais ne l’ayant pas publié, cela m’a donné l’occasion de l’étoffer au fil du temps et de pouvoir vous le présenter aujourd’hui.

Que vous soyez débutante ou pas, comment choisir son matériel reste une grande question. Donc je vais passer en revue les outils dans le but de rendre votre expérience, du crochet et des amigurumis, plus simple.

Le Crochet :

C’est l’outil de base, ça je suppose que tout le monde l’a compris. Bien qu’il paraisse justement basique, vous pourriez être surpris par le choix disponible, non tant par les tailles, que par les matériaux disponibles ainsi que par les formes et variantes existantes.

Dans sa version simple, le crochet est composé de trois parties : l’embout arrondi qui permet d’insérer facilement le crochet dans les mailles, le creux qui permet d’attraper le fil et le manche qui lui permet de tenir la maille du travail en cours et de déterminer également la taille du crochet.

Dans sa version plus élaborée, vous aurez une partie aplatie qui permet de positionner ses doigts pour le tenir (d’ailleurs la taille du crochet est souvent marquée/gravée à cet endroit) et un manche plus ou moins long.

Comparaison du creux sur crochets de 6 mm.

Vous avez peut-être également remarqué que, suivant les marques, le creux du crochet est plus ou moins arrondi.

Les crochets ne sont pas très chers, donc ça peut valoir le coup d’en essayer de différentes marques et styles pour vous permettre de trouver celui qui vous correspond le mieux. Une fois que vous avez trouvé la marque qui vous plait, ça sera déjà plus facile pour vos achats futurs.

Ensuite, il n’y a pas de “meilleur choix” universel, le choix est vraiment propre à chacun selon son ressenti, sa taille de main etc…

Par contre, ce que je peux vous conseiller c’est par exemple:

  • pour les amigurumis, plutôt privilégier les crochets en aluminium. Ils glissent facilement dans les mailles contrairement à ceux en bambou ou plastique.
  • d’éviter les crochets en plastique si vous crochetez serré, car ils peuvent plier et se casser.
  • si le manche d’un crochet aluminium ne vous convient pas, vous pouvez toujours lui donner une forme mieux adaptée à vous en moulant de la pâte fimo dessus par exemple.
  • si vous avez des douleurs dans la main (arthrite, arthrose ou autre), un crochet ergonomique sera mieux adapté et plus confortable.
  • si vous ne pouvez plus vous arrêter de crocheter, même la nuit, ou si vous avez besoin d’une source de lumière supplémentaire, sachez qu’il existe des crochets lumineux (LED incorporée).
Choisir la taille du crochet :

Les tailles varient d’un extrême à l’autre. Il y a différents “codes” utilisés pour les différencier.

Il existe les systèmes américain (US) et anglais (UK) utilisant des lettres et chiffres, puis le nôtre, le système métrique, exprimé en millimètre (mm). Pour être sûr de la taille, il est préférable de toujours se reporter au système métrique.

En règle générale, la taille du crochet va dépendre du fil que vous aurez choisi pour votre crochet et de votre tension (c’est à dire si vous crochetez les mailles plus ou moins serrées). Sur toutes les étiquettes de pelotes, le fabriquant indique la taille recommandée. Pour les amigurumis, vous pouvez choisir n’importe quelle taille de crochet, du moment que vous prenez un fil correspondant à celle-ci.

Vous pouvez retrouver ma sélection de crochet ici => “crochets

Les indispensables :

Bien que pour faire du crochet, vous n’ayez besoin que d’un crochet et d’un fil, il y a tout de même des inévitables que vous pouvez aisément rassembler dans une boîte ou trousse pour les avoir toujours à portée de main. Vous formerez ainsi un petit “kit” toujours prêt à servir 😉.

Les ciseaux :

Comme dirait mon monsieur à la maison, c’est bête comme chou, mais il fallait le préciser.

Le ciseau parfait a une pointe longue et fine pour vous permettre de couper le fil de façon très nette et précise. Personnellement je n’utilise qu’une seule sorte de ciseau, celui que je tiens de ma grand-mère, c’est un ciseau cigogne de broderie. J’en ai testé beaucoup et je n’ai rien trouvé de comparable. C’est pour cette raison d’ailleurs que je les ai intégrés à ma boutique => ici.

Les aiguilles à laine :

Les aiguilles à laine possèdent un chas plus large que les aiguilles à coudre utilisées en couture. Il est donc plus facile de passer son fil dedans.

Elles existent en plastique ou en métal. Je vous conseille d’éviter celles en plastiques qui à la longue se cassent et de choisir plutôt celles en métal qui sont robustes et ne se déforment pas.

Elles peuvent être droites ou courbes, plus ou moins longues et ont aussi des pointes différentes, certaines sont aiguisées (c’est pratique pour le travail de précision comme broder des yeux) d’autres sont émoussées (le bout rond permet de bien glisser entre les mailles).

Elles vous serviront à rentrer les fils mais aussi à assembler des pièces ensemble, ou encore broder des éléments (yeux, décors etc…)

Les marqueurs de maille :

Souvent en plastique, parfois en métal, ces petites boucles se placent sur la première ou dernière maille de votre tour. Ainsi quand vous atteignez de nouveau le marqueur, c’est que vous allez commencer le tour suivant. C’est très pratique pour suivre plus facilement des instructions et aussi pour repérer d’éventuelles erreurs rapidement et éviter d’avoir fait 10 tours de trop 😅avant de tout défaire et refaire.

Je m’en sers aussi pour repérer l’emplacement des yeux par exemple, ou encore des mailles spécifiques comme les angles d’un granny etc… Ils peuvent donc servir à placer des repères de toutes sortes.

Comme vous le voyez sur les photos ci-contre, bien qu’ils soient de formes différentes, ils on un système d’ouverture qui permet d’insérer le marqueur dans n’importe quelle maille et de le retirer facilement. Au crochet, il ne faut surtout pas utiliser de marqueurs ronds fermés comme au tricot, car le seul moyen de l’enlever, en faisant du crochet, c’est malheureusement de le couper 🤔.

Vous pouvez également vous les fabriquer vous-même, en utilisant des kits à bijoux par exemple, ou prendre des épingles à nourrices ou à kilt.

Les autres outils utiles :

Moins indispensables que les autres, vous pourriez cependant les apprécier très rapidement et vouloir les inclure dans votre kit.

Les compteurs de rang :

Si comme moi vous êtes susceptible d’être distraite par un son ou par quelqu’un qui vous parle, oui oui, je vous assure qu’il existe des personnes qui n’hésitent pas à vous parler lorsque vous comptez !! 😩 Du coup, je perds mon compte et je recommence….😂😂

Le compteur de rang (ou tour pour les amigurumis ^^ ) est facile d’utilisation, il suffit de tourner la molette pour faire défiler les chiffres ou cliquer sur un bouton pour les modèles plus sophistiqués. C’est à vous de décider si vous changer de compte après le tour ou avant de le faire.

Ceux sur la photo sont creux, cela permet par exemple d’y passer un cordon pour le porter autour du cou ou encore pour celles qui tricotent, de l’enfiler sur vos aiguilles.

Les épingles :

Franchement, quand j’ai débuté, il y a 35 ans, je n’en avais pas l’utilité puisque je faisais des bonnets, des écharpes, des vêtements en tous genre etc… Quand j’ai commencé les amigurumis en 2011, bah j’ai continué avec mes habitudes, sans vraiment réfléchir et je ne m’en servais toujours pas.

Puis, la moutarde m’est montée au nez 🤬, parce que les pièces cousues n’étaient jamais droites ou bien parallèles et je ne supporte pas ça, donc je faisais que faire, défaire et refaire, saoulant quoi ! Et là, grosse réflexion pour trouver comment les faire tenir. Non mais des fois on cherche bien trop compliqué 🤯 …. j’avais la boîte d’épingles sous les yeux et j’ai mis pourtant un moment avant d’associer l’image devant mes yeux et la solution à trouver 😣 .

Depuis je ne peux m’en passer.

Il en existe de toutes les tailles, avec des embouts perlés ou en forme de cœurs etc… toutes plus mignonnes les unes que les autres.

Celle qui vraiment ne me quittent plus sont des épingles à quilting, elles sont assez longues et permettent de bien fixer les éléments malgré les épaisseurs. J’utilise aussi des “invisibles” du rayon couture, mais avec celles-ci il faut se méfier qu’elles ne disparaissent pas à l’intérieur de votre amigurumi, je parle d’expérience ^^

La colle à tissu :

Bon, vous pouvez être un peu sceptique sur celui-ci je vous l’accorde, cependant mon tube de colle n’est jamais bien loin.

Pourquoi? tout simplement parce que la couture, y a des moments où j’en ai marre. 🤣😂🤣

Du coup, pour certaines parties, j’utilise de la colle à tissu. Dans les modèles comme Victoria, Harley ou encore Brigitte, je colle les perruques faites au crochet, au lieu de coudre mèche par mèche. Je trouve ça tellement plus simple et rapide. Mais là encore le choix reste vôtre.

Cette colle, disponible ici, présente des avantages non négligeables :

  • un embout fin, pour être précis dans le geste,
  • une couleur blanche, pour voir où on en met, mais elle devient incolore en séchant,
  • une résitance à 40°C pour le lavage,
  • une utilisation pour différents matériaux : tissus, cuir, caoutchouc, bois, métal, PVC etc..

Elle vous permettra de pouvoir ajouter toute sorte de décorations sur vos réalisations très facilement.

 

Le mètre ruban :

Autant une couturière ne peut pas faire sans, autant nous “crocheteuses” que nous sommes, nous pouvons nous en passer.

Donc cet outil n’est vraiment pas indispensable, mais pour les modèles où une tension (ou échantillon) est à respecter, il sera là utile d’en posséder un pour bien mesurer. Dans le modèle Ange de l’espoir par exemple, si vous souhaitez avoir un ange de 17 cm de haut comme le mien, il vous faudra mesurer un morceau comme indiqué dans les instructions.

Il y a énormément de mètres rubans disponibles en mercerie ou internet, mais un petit conseil en passant…. sur certains produits venant de Chine 🙄 à petits prix, les repères sur le mètre sont souvent faux. Avec un petit décalage sur les premiers centimètres, ce n’est pas bien grave me direz-vous, mais lorsque vous faites un châle ou couverture et bien sachez que sur 1 mètre il peut y avoir 10 à 15 cm d’écart avec la réalité 😵.  J’ai testé, j’ai vérifié et jeté! 🙃

 

Voilà, le petit tour du matériel de base pour le crochet est, je pense, terminé. N’hésitez pas à commenter, liker, partager cet article 🥰🥰.

Ou si vous préférez, vous pouvez me contacter directement en remplissant le formulaire ci- après.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :